Le sol sent la moisissure et le gaz

Le sol sent la moisissure et le gaz

Question: Le sol sent la moisissure et le gaz

En 2006, j'ai acheté une maison. Il y avait une petite bande de terre d'environ 5 x 0,5 mètre que j'ai recouverte de carreaux d'extérieur parce que mon chien n'arrêtait pas de creuser. Maintenant je voudrais créer un petit jardin (avec des bordures pour que le chien ne persiste pas ...). Après avoir enlevé les carreaux je constate que le sol est assez sombre, ça sent la moisissure et le gaz! Que puis-je faire pour le rendre apte à la cultivation?


Réponse: Le sol sent la moisissure et le gaz

Cher Giorgio, nous vous conseillons tout d'abord de labourer 30 à 40 cm de cette parcelle de terrain. Donnez de l'air à ce sol boueux: l'odeur de gaz que vous sentez est probablement l'odeur typique de la tourbe, un mélange d'eau, de terre et de substance organique en décomposition qui dégage cette odeur caractéristique. Un labour du terrain permettra la recirculation de l'air, l'assèchement de ce terrain et la minéralisation de la substance organique contenue dans la tourbe et la sphaigne. Après le labour, il peut ramener du sol universel à la parcelle à aménager, mélangé à des galets de petit diamètre dans le but ultime d'améliorer la structure du sol en augmentant le drainage et la ventilation, caractéristiques fondamentales pour un bon sol. Ce type d'intervention, généralement déconseillé dans les grands sols en raison d'un coti excessif, est au contraire la solution idéale pour sa parcelle de 0,5x5 mètres.



C'est une opinion commune des savants que la décomposition commence au moment de la mort, immédiatement après elle, même si la visibilité externe de ses effets est relativement plus tardive.

Dans cette phase, la décomposition est principalement causée par deux facteurs: autolyse (la dégradation des tissus par les propres produits chimiques et enzymes internes du corps) e pourrir proprement dite (fractionnement des éléments constitutifs des tissus opérés par les bactéries).

Ces processus libèrent des gaz qui sont la principale cause de l'odeur caractéristique des cadavres. Ces gaz peuvent présenter dans leur composition un pourcentage important de méthane, de magnésium et de potassium, mélange qui peut parfois déclencher une flamme au contact de l'air, dans le phénomène bien connu du wisp.

La rapidité et la façon dont un corps humain ou animal se décompose est influencée par un certain nombre de facteurs.

Par degré d'importance approximativement décroissant, ces facteurs comprennent:

  • Température, humidité, sécheresse, pluie
  • Intervention d'insectes ou de carnivores ou de rongeurs
  • Enterrement possible et sa profondeur
  • Embaumement possible
  • Taille corporelle et poids
  • Surface de mensonge des restes du corps

Les insectes et autres animaux sont généralement les principaux agents de décomposition, à condition que le corps leur soit accessible. Les insectes les plus importants généralement impliqués dans le processus sont les charognards (Sarcophagidés) et les calliforidies (Calliphoridés).

La mouche vert bouteille redoutée (la soi-disant «mouche métallique») vue en été est un calliphoridae qui pond ses œufs blancs sur toute chair exposée (sans peau), qu'elle soit vivante ou morte. Sa prétendue préférence n'est qu'illusoire, car les animaux vivants peuvent le chasser et il ne peut pas agir sur eux comme il le ferait sur un cadavre.

En revanche, les asticots sont beaucoup plus précis et déterminés: ces vers blanc-jaunâtre bien connus des pêcheurs, qui les utilisent comme appât, sont les larves apodiques des calliphoridés et autres diptères. Les asticots sont capables, dans les climats avec des températures chaudes, de contribuer à la destruction complète des parties non osseuses dans des temps étonnamment rapides, grâce également à leur impressionnante capacité de reproduction pour la vitesse et les proportions.

D'autres animaux tels que les coyotes, les hyènes, les vautours, les chiens, les loups, les renards, les chats, les rats et les souris peuvent se nourrir d'un cadavre s'ils le trouvent. Certains d'entre eux enlèveront et disperseront également les os.

Pour des raisons qui font partie d'un instinct général et inné de l'Homme qui comprend également des réflexions rationnelles et irrationnelles sur la mort, la décomposition est vue par l'homme comme un phénomène redouté et terrible. L'un des instincts innés, communs également à d'autres mammifères, est la répulsion immédiate à la vue et à l'odeur des cadavres décomposés (avec des épisodes de somatisation comprenant des nausées et des vomissements).

L'une des pratiques funéraires les plus connues, la crémation, retire le cadavre de la décomposition ordinaire de manière plus déterministe en le décomposant par l'action de la combustion, qui divise les molécules également, mais par l'effet du feu et rapidement.

Un autre des moyens découverts par l'homme pour contrecarrer le processus de décomposition est l'embaumement, qui le retarde, mais ne l'arrête pas indéfiniment. De plus, les embaumeurs accordent généralement leur plus grande attention aux parties les plus visibles du corps, telles que le visage et les mains, ne se souciant parfois pas des autres parties, ou même en enlevant les parties molles telles que l'intestin et d'autres viscères, (l'éviscération est également une pratique suivie par de nombreux peuples ayant des buts et des rituels religieux).

Les produits chimiques utilisés pour l'embaumement repoussent la plupart des insectes et retardent le processus de putréfaction bactérienne, mais ne préservent pas indéfiniment un corps.

Dans des environnements suffisamment secs, un corps embaumé peut être maintenu dans un état de momie même pendant des temps considérables.

De la découverte que la congélation du cadavre ralentit l'action de la plupart des formes vivantes capables de l'attaquer, la technique de l'hibernation s'est développée, qui pour certains serait également applicable aux corps vivants, sans causer la mort.

Il est notoire que les composants osseux du corps sont les derniers à se décomposer, de sorte que le squelette est la fréquence à laquelle un cadavre est retrouvé après l'exhumation.

Le temps nécessaire à un corps humain pour se réduire en squelette peut varier considérablement. Normalement, le corps d'un adulte enterré dans un sol ordinaire sans cercueil met dix à douze ans pour se décomposer en squelette, dans un climat tempéré. En immergeant le corps dans l'eau, le squelettisation se produit environ quatre fois plus rapidement en exposant le cadavre à l'air frais, huit fois plus vite.

Le squelette lui-même n'est pas permanent car les acides auxquels le cadavre est exposé peuvent le désintégrer (c'est l'une des raisons du manque de restes humains dans l'épave du Titanic, même dans les parties du navire inaccessibles aux poissons et autres agents dégradants. ).

En revanche, les corps exposés à un sol froid et humide peuvent développer une substance cireuse appelée "adipocère", du fait de l'action (sur les protéines et les graisses du corps) des produits chimiques présents dans le sol. La formation d'adipocère retarde la décomposition en inhibant l'action des bactéries responsables de la putréfaction.

Diverses sciences, à des fins différentes, étudient la décomposition des corps.

Ces sciences sont souvent liées à la médecine légale, car la raison la plus fréquente de l'étude spécifique de la décomposition des corps humains est de déterminer la période et la cause du décès d'un individu donné à des fins juridiques.

Pour cela, nous avons principalement:

  • Pathologie juridique, qui étudie les indices pouvant être utiles pour identifier la cause du décès en tant que phénomène médical:
  • L'entomologie légale, qui étudie les insectes et autres parasites trouvés dans le cadavre, la séquence dans laquelle ils apparaissent, les genres d'insectes et à quel moment de leur cycle de vie ils se trouvent, sont des indices qui peuvent éclairer la date de la mort, la durée d'exposition du corps et préciser si le corps a été déplacé.
  • L'anthropologie juridique est la branche de l'anthropologie qui étudie les squelettes et les restes d'êtres humains, généralement pour rechercher des indices sur l'identité, la race et le sexe de leur ancien propriétaire.


De la moisissure sur les murs, comment l'éliminer et l'empêcher de se reformer

Une maison saine a des murs secs et propres, cependant, on doit souvent faire face une couche de moisissure malsaine sombre qui fleurit avec ténacité au plafond près des angles, près des fenêtres et surtout derrière les penderies et divers meubles.

Tout blanchir n'est qu'un répit temporaire et si les bonnes stratégies ne sont pas adoptées pour contrer sa re-floraison, les spores se rattacheront avec ténacité partout, trouvant un terrain fertile. sur des surfaces humides et mal ventilées.


Le problème de la moisissure sur les murs il n'intéresse pas seulement les maisons un peu vieillottes, mais a aussi tendance à apparaître dans les maisons nouvellement construites.

Les causes il y en a principalement deux: une isolation non optimale et humidité excessive dans l'environnement. Malheureusement, ce dernier, déjà à un peu plus de 55%, a tendance à en produire un malsain à la maison condensation sur les plafonds, les murs et le verre, avec pour conséquence le développement de moisissures, de bactéries et de taches grises disgracieuses en peu de temps.


Il est clair que le problème doit être résolu rapidement, tout d'abord essayer d'éliminer la moisissure présente, mais il est tout aussi important d'essayer de résoudre le problème sous-jacent, en adoptant les bonnes stratégies pour empêcher ces inflorescences indésirables de se reformer le plus tôt possible.


Voici quoi faire

Pour enlever la moisissure déjà présente vous pouvez recourir à une action intensive d'eau de Javel, il suffit d'en mettre dans un vaporisateur et de vaporiser le produit sur les plaques fongiques. Ensuite, il ne reste plus qu'à attendre que tout sèche. Bien entendu, l'opération doit être effectuée avec un soin extrême, en portant des gants de protection et un masque et en recouvrant les surfaces sous-jacentes d'une feuille de plastique. Cela évite de respirer des vapeurs irritantes et d'endommager les meubles à proximité. Tout faire avec les fenêtres ouvertes est un must et aérer la pièce pendant au moins quelques heures.


Malheureusement, malgré les précautions nécessaires, l'odeur âcre de l'eau de Javel a tendance à rester dans l'environnement et n'est pas une chose très agréable. De plus, on se retrouve généralement à faire cette opération de remise en état pendant la saison froide et il n'est pas possible de maintenir les volets ouverts pendant longtemps. C'est encore plus délicat s'il y a des enfants et des personnes âgées en mauvaise santé dans la maison. Que faire alors?


Mieux vaut utiliser de l'eau de Javel pour nettoyer la moisissure des murs de la cave et des greniers et réserver pour le reste de la maison un traitement plus doux mais pas moins efficace.


Dans ce cas, la couche superficielle de moisissure doit être nettoyée avec une éponge humide, puis essuyée avec du papier absorbant.


Le coup gagnant est d'en acheter un bon additif anti-moisissure, il est facile de le trouver dans les quincailleries et les magasins de bricolage. C'est un produit étonnant, car ça ne sent pas l'eau de javel, en effet, c'est pratiquement inodore et ajoutez-le simplement à la peinture murale à base d'eau normale. Il existe différentes marques, mais le résultat est plus ou moins le même. Le prix n'est pas vraiment bon marché, une bouteille de 250 ml peut coûter environ 10 euros, mais ça vaut le coup!


Il suffit d'incorporer un peu d'additif anti-moisissure dans la peinture synthétique respirante à base d'eau pour les intérieurs en suivant les doses indiquées sur l'emballage, peindre la zone à désinfecter avec un pinceau, attendez que la pièce sèche et passez une deuxième couche. Le résultat est vraiment génial, les taches de moisissure ils s'estompent au bout de quelques minutes et disparaissent rapidement, détruits par l'action active de l'additif spécifique.


Déjà ce traitement aide empêcher la re-formation de moisissure sur les murs, mais ça va mettre également en œuvre les bons comportements.


Vous devez prendre l'habitude saine de aérer les pièces de la maison plusieurs fois par jour, pendant au moins cinq minutes. Cette opération simple est utile pour éviter la formation de moisissures, car l'air extérieur, généralement plus frais et plus sec, est capable d'équilibrer l'humidité interne.


Il est nécessaire utilisez toujours des peintures à l'eau respirantes, en particulier pour la salle de bain et la cuisine et n'oubliez jamais d'ajouter l'additif anti-moisissure spécifique.


Faire sortir les vapeurs produites dans la cuisine à l'extérieur est essentiel: préférez un seul hotte aspirante connectée au conduit de fumée.


Éviter pour sécher les vêtements sur des radiateurs, même garder le séchoir à la maison est contre-productif sur le devant du moule.


Enfin souviens-toi toujours aérer la salle de bain après avoir pris une douche et au cas où, apporter un déshumidificateur, à placer dans cette pièce et dans les zones de la maison les plus sujettes à croissance de moisissure.


La terre sent la moisissure et le gaz - jardin

Bonjour à tous,
Je me tourne vers vous car j'ai vu que parmi les visiteurs de ce forum il y a des gens vraiment compétents.

Comme beaucoup, j'ai un problème de moisissure derrière la plinthe à certains endroits de la maison.

Toute la surface de la maison (à l'exception des salles de bains) a un parquet en bambou, plinthe comprise.

La maison de 135 m2 au sous-sol est située dans le quartier le plus élevé de Rome, sur une colline, dans un petit immeuble construit dans les années 1980. Les côtés sud et est de la maison sont extérieurs (celui au sud avec une couche de 40 cm d'air: le mur extérieur est en blocs de tuf et de plâtre, le mur intérieur est perforé d'un seul œil, d'environ 5 cm d'épaisseur) le une à l'est avec véranda en aluminium (modèle ancien, sans coupure thermique), la face ouest est contre un talus (avec un écart de 60cm) et la face nord borde les caves et les escaliers de l'immeuble.

Ce sont des photos qui valent mille mots.

* En vert les taches avec de la moisissure
* En rouge là où l'écart existe
* En marron, le remblai
* En bleu les fenêtres avec coupure thermique
* En bleu clair, l'ancienne véranda
* En violet, c'est un mur qui ne peut pas être inspecté pour le moment car il y a une grande armoire pleine 6 portes.
* En orange, les murs carrelés qui n'ont AUCUN type de moule ou de plinthe.
* En gris, l'extérieur de la maison
* En rose une partie qui pour l'instant est inaccessible car elle a été louée

Reste des photos où vous pouvez tout voir bien. Les plinthes au sol sont relatives aux murs du voisinage immédiat.
http://gallery.mindcreations.com/main.p. emId = 11138

Un fait peut-être intéressant est que la plinthe n'est moisie que dans la partie arrière, celle contre le mur, et parfaitement sèche dans la partie avant (non visible sur les photos).

Même le mur, jusqu'au niveau du sol, est parfaitement sec et poussiéreux (si vous frottez votre doigt sur le mur, il reste sale avec de la poussière blanche).

Comme vous pouvez le voir sur les photos, le moule est plus concentré à certains endroits, moins à d'autres, mais il n'a encore jamais attaqué directement le mur, seulement l'arrière de la plinthe.

La maison dispose d'un vide sanitaire au sol d'environ 15cm pour toute la surface qui a été laissée là où elle se trouvait lors de la rénovation. Le vide sanitaire n'est pas ventilé. Au-dessus, un sol carrelé a été enlevé et la chape a été reconstruite avec, dans l'ordre, à partir de la couche la plus basse: argile expansée, pare-vapeur PVC, treillis électrosoudé, top-cem Mapei, autolissant Mapei, colle Mapei pour parquet et bambou parquet.

Les seuls points de la plinthe où il n'y a absolument PAS de moisissure ou d'humidité sont ceux où les murs ont été construits en plaques de plâtre AU-DESSUS de la chape et donc au-dessus du pare-vapeur. Les autres murs non marqués, pour le moment, ne sentent ni moisissure ni traces d'humidité (je n'ai pas décoller les plinthes partout juste pour regarder!).

Les points où il y a de la moisissure sont liés aux murs déjà existants qui n'ont été que re-plâtrés.

Le problème n'est pas "très grave" pour le moment, mais j'imagine que si je ne "l'arrête" pas dans l'œuf, cela finira par ruiner toute la maison dans quelques mois.

J'imagine aussi que la seule évasion de l'humidité sous-jacente est précisément les joints entre les vieux murs et le sol, qui n'ont que le vide sanitaire comme isolant. Je ne sais pas comment le vide sanitaire s'interpose sur le sol (je veux dire d'autres couches d'isolant, etc.).

Un autre fait, peut-être intéressant, est que le point de rosée est atteint chaque jour derrière la plinthe. En insérant le bord d'une serviette en papier ordinaire entre la plinthe et le parquet, il est trempé dans l'eau pendant environ 3-4 cm de longueur en moins de 5 secondes!

Le voisin qui se trouve de l'autre côté de l'escalier que l'on peut apercevoir en plan, n'a aucun problème d'humidité (il a un sol traditionnel, pas du parquet) et le plan de sa maison est similaire au mien. Il n'a pas non plus de vide sanitaire, en fait sa maison est au niveau du palier d'entrée de l'escalier, la mienne a une marche ascendante d'environ 20cm.

Le voisin a également dit que le premier propriétaire, (celui qui avait acquis la maison lors de sa première construction), avait des problèmes d'humidité, du moins dans les parties que j'ai signalées. L'humidité était évidente et atteignait environ 30 cm de hauteur.
Ce fait n'a pas été le moins du monde remarqué lors des visites effectuées avec l'agence immobilière et de la rénovation. De plus, il n'y avait pas de moisissure derrière les vieilles plinthes en bois avant qu'elles ne soient enlevées. Il faut dire aussi que nous devons toujours tirer profit du doute de ce que dit ce voisin pour diverses raisons que je ne suis pas ici pour énumérer.

Au besoin, je pourrais contacter le premier propriétaire pour en savoir plus sur ses problèmes d'humidité.

La maison n'est actuellement pas encore habitée (et je n'y irai pas tant que le problème de moisissure ne sera pas résolu!) Mais elle est terminée, entièrement meublée et prête.

Les radiateurs sont allumés presque toute la journée mais il n'est presque jamais ventilé, seulement un peu le soir et le week-end.

La question est évidente. comment résoudre ce problème?

Merci pour toutes les suggestions que vous souhaitez me faire.

Bonjour tous le monde,
Créateur

Re: Moule dans maison rénovée (à partir de 3 mois)

Le médecin de maison
Milan


Santé et sécurité à domicile
www.sistemiantiumidita.it
https://www.facebook.com/medicodellacasa
http://www.reteimprese.it/69800

Re: Moule dans maison rénovée (à partir de 3 mois)

Re: Moule dans maison rénovée (à partir de 3 mois)

Re: Moule dans maison rénovée (à partir de 3 mois)

Re: Moule dans maison rénovée (à partir de 3 mois)

* Le mur n'est pas mouillé. Même pas humide, donc le sécher avec un sèche-cheveux ne verrait aucune différence, je suppose.
* Dans les salles de bain, je peux couper l'eau mais je ne peux pas couper l'eau de tout l'appartement car elle alimente la partie louée. En tout cas, n'ayant pas de mur humide, je ne pouvais pas contrôler la différence. Pour faire ce test il me faudrait: remonter une nouvelle plinthe sur un point problématique et voir si dans quelques mois il y a encore de la moisissure. Je le vois trop longtemps comme preuve!

1) Je fais le dessin que "Le médecin de maison" a demandé afin d'analyser la question plus en profondeur selon son hypothèse.
2) J'ai corrigé l'image de la carte qui avait la taille d'un timbre-poste, à une dimension plus humaine, désolé pour l'erreur.
3) Ce matin, l'entreprise qui a fabriqué la chape et posé le parquet est venue faire l'inspection, constatant qu'à certains endroits derrière la plinthe, le mur «éclate» simplement en le touchant. Il est maintenant sec, mais probablement, il a gonflé lorsque la plinthe a été fixée et ne laissait pas le mur respirer là-bas. La solution qu'il m'a proposée, à tenter dans environ 20 jours pour donner au mur derrière les plinthes le temps de s'évaporer davantage (dit-il), est la suivante: retirer le plâtre sur 6-7 cm de hauteur en tous points où le moule est apparu à une profondeur de 4 à 5 cm. Disons donc pour toutes les lignes vertes que j'ai mises en évidence dans le dessin. Insérez un isolant acoustique / thermique (qui est une bande à son avis) dans la cavité qui se formerait, re-plâtre, attendez qu'il sèche bien puis remettez en place une nouvelle plinthe du même type. J'ai suggéré qu'il la traite éventuellement au dos avec au moins un produit hydrofuge car j'avais remarqué que dans les points où la plinthe était collée au mur avec du silicone, sous le silicone, sur la plinthe, il n'y avait aucune trace de moisissure. À ce stade, il a répondu que tout allait bien, en effet, à ce stade, il aurait mis un produit de Mapei (Mapelastic) qui est utilisé pour imperméabiliser les piscines: non seulement derrière la plinthe, mais de tous les côtés de la planche de parquet ensuite au mur., qui sont actuellement tous moisis (vous pouvez le voir clairement sur les photos, cela ressemble à une sorte d'herbe microscopique).

Alors que je suggérais cette solution, il m'est venu à l'esprit que peut-être, sans faire aucune intervention de maçonnerie, il suffit de donner ce produit sur une nouvelle plinthe (ou en nettoyant bien celle moisie) et sur les côtés de la planche près des murs moisis ou non, puis recollez la plinthe. Que diriez-vous?

En attendant j'ai appelé Aquapol, je pense qu'ils viendront demain pour une inspection. Ils effectueront un relevé thermographique et une mesure d'humidité avec un appareil de précision. Je ne dis pas qu'Aquapol est nécessaire en tant qu'appareil, mais au moins des gens qui travaillent avec ces problèmes tous les jours et qui sont au moins autoproclamés "experts" sur le sujet.

Une autre considération de la firme ce matin est que les carreaux de la salle de bain seraient responsables d'exaspérer le problème de l'autre côté du mur, car les carreaux ne permettent pas la transpiration.

Re: Moule dans maison rénovée (à partir de 3 mois)

Enfin Aquapol rentra chez lui et fit son soulagement.

Ils se sont présentés avec: une caméra thermique, un thermomètre laser / hygromètre, un hygromètre à bille métallique.

D'après leur enquête (réalisée en environ 30 minutes), il est clair qu'il ne s'agit pas d'une élévation capillaire. L'humidité détectée jusqu'à environ 30-40 cm de hauteur est d'environ 80 après quoi elle chute brutalement et s'installe sur 50 (valeurs détectées par leur instrument en forme de boule). Cela est vrai pour la plupart des murs mesurés (verts).

Tous les autres murs de la maison n'ont aucun problème d'humidité à l'exception de:
- le mur de 3,90 m sur le dessin où il est dit "chambre", à proximité de la cavité avec le remblai. La paroi n'était pas humide mais froide, environ 14 ° C. D'après la caméra thermique, elle était presque entièrement bleue de manière homogène.
- nella parete di 3,44mt dell'altra camera dalla parte dell'intercapedine esterna (quella con la finestra) gli strumenti rilevavano più umidità, fino a circa 80-90cm di altezza (e molto più di 80 come valore di umidità sul punto più bas). Sur 80-90cm, il s'est toujours installé sur 50.

Ils doivent encore m'envoyer un e-mail détaillé avec les interventions qu'ils m'ont proposées, mais en attendant je vous anticipe:

- Pour résoudre le problème du mur très humide de 3,44 m, ils m'ont dit de bien aérer la cavité en faisant 4 ouvertures avec des évents de recirculation d'air. Deux sur les murs où s'insèrent les fenêtres, deux sur le mur extérieur. De cette façon, selon eux, l'humidité devrait être abaissée.
- Ils m'ont également conseillé d'aérer un peu la cavité où se trouve le remblai (sans préciser comment).
- Ils m'ont dit de jeter la vieille plinthe moisie et d'en acheter une en PVC creux, un faux bois légèrement plus haut que celui que j'ai monté. Ces plinthes sont généralement utilisées pour le passage des câbles, mais dans ce cas elles serviraient à laisser passer un peu d'air et non à le mouler complètement.
- Avant de remplacer la plinthe, ils ont dit d'enlever le plâtre de toutes les parties moisies sur environ 8 à 10 cm de hauteur pour que le mur respire bien, puis, une fois qu'il a bien séché, passez un apprêt et une peinture thermique dessus. À ce stade, la nouvelle plinthe en PVC doit être appliquée.

De tout cela, il n'y a aucune explication sur l'origine de cette humidité.

Ils ne m'ont pas proposé AQUAPOL comme solution car ils n'ont pas détecté de remontée d'humidité capillaire.
Ils ont également constaté qu'il n'y a pas d'humidité dans l'air de l'appartement que ce soit avec les outils ou par le toucher.

Je vous mets à jour dès que j'ai terminé les dessins avec la stratigraphie et j'en reçois des indications précises sur les produits à utiliser.


Champignons

Les champignons sont malheureusement un problème très courant pour les géraniums, ainsi que pour de nombreuses autres plantes. C'est à propos de organismes extrêmement contagieux et donc être capable de les reconnaître à temps peut déterminer la sécurité de votre balcon. Un champignon particulier, le Pythium, se caractérise par son agressivité: il se manifeste avec le coloration noire des branches, preuve évidente de pourriture des racines.
UNE'arrosage excessif il peut provoquer l'apparition de moisissures grises et de taches sombres, éléments suggérant la présence d'un autre champignon, le Botrytis cirenea. Le remplacement du sol est une première étape pour commencer à combattre les champignons sur votre géranium, suivi de la réduction des arrosages. Dans le cas où la situation est suffisamment avancée, il est nécessaire de recourir à des produits antifongiques spéciaux.

Rouiller

La rouille est un champignon particulier, scientifiquement appelé Puccinia Pelargonii zonali. Cela se manifeste avec taches brun-orange rappelle, en fait, la rouille. Il est généralement possible de détecter sa présence sur les petites branches et sous les feuilles. Au stade avancé, les différentes zones de la plante commencent à se déformer et à changer d'apparence. Les traitements nécessaires incluent l'utilisation de produits à base de cuivre. Ceux-ci peuvent également être répétés le printemps suivant à des fins préventives. Ceci est fortement recommandé car les spores fongiques peuvent rester dormantes jusqu'à l'arrivée de la saison chaude.

Parasites

La principale cause de la présence de parasites sur la plante est donnée par une aération inadéquate obtenue avec une bonne taille. Pucerons, araignée rouge et thrips représentent les principaux insectes de ce type qui causent des dommages au géranium. Les pucerons sont minuscules et sucent la sève de la plante, la conduisant à la pourriture. Avec une observation attentive, ils sont visibles à l'œil nu, mais dans tous les cas leur présence se manifeste par le décoloration des feuilles. Les thrips se déposent généralement sur la face inférieure de la feuille et leur passage est mis en évidence par des points noirs et des lésions argentées. L'araignée rouge est un acarien très petit, mais toujours visible, qui provoque le jaunissement de la plante et la suberosité. Pour éviter la présence de ces parasites, c'est une excellente habitude de procéder régulièrement à une taille légère, en éliminant les tiges torsadées, celles qui sont trop longues et celles qui ne sont pas parfaitement saines.

Papillon géranium

C'est l'une des maladies les plus fréquentes du géranium. Il peut être identifié sa présence depuis les trous d'entrée qu'il crée sur les tiges. La solution dans ce cas est la taille. En raison de sa capacité à se cacher à l'intérieur des branches, l'utilisation de pireto ou de macérats naturels est une procédure inutile. Dans les magasins spécialisés dans le jardinage, il est possible d'acheter un paquet de bâtonnets spéciaux, qui libèrent progressivement un ingrédient actif capable d'éradiquer ces papillons, les empêchant également de pondre des œufs.

Les bactéries

Xanthomonas campestris pv. pelargonii est la bactérie qui affecte le plus fréquemment le géranium. Son apparence peut être vue de lésions brunes et arrondies qui avec le temps deviennent de plus en plus évidents. En bref, ce microorganisme affecte les parties vitales de la plante et la fait flétrir. Un arrosage excessif du sol peut entraîner l'apparition d'autres types de bactéries, qui provoquent les mêmes symptômes et le même sort que Xanthomonas campestris pv. pelargonii. R. Solanacearum attaque plutôt la plante en passant directement des racines. Malheureusement, un géranium affecté par des bactéries a peu d'espoir de vie. Le déracinement à temps des autres plantes et l'enlèvement du sol sont la seule solution.

Virus

apparence de feuilles bulleuses et les imperfections peuvent être la preuve de la présence de virus.
Il n'est pas facile d'éradiquer ces micro-organismes, c'est pourquoi la prévention joue un rôle fondamental. Connaître l'origine des graines permet d'éviter d'utiliser des graines déjà malades, ainsi que dans les procédures de greffage. Les outils utilisés pour la taille doivent être bien désinfectés. Si le géranium présente les symptômes de la présence d'un virus, il ne reste plus qu'à l'éradiquer au plus vite et à l'éliminer, éventuellement en le brûlant, à l'écart des autres plantes. Le véritable remède contre les maladies du géranium est la prévention: la bonne attention sera récompensée par toute la beauté d'une plante saine et forte.


Méthodes de stérilisation du sol pour les graines et les plantes

Il existe plusieurs façons de stériliser la terre du jardin à la maison. Ils comprennent la cuisson à la vapeur (avec ou sans autocuiseur) et le chauffage du sol au four ou au micro-ondes.

Stérilisation du sol à la vapeur

La cuisson à la vapeur est considérée comme l'un des meilleurs moyens de stériliser le terreau et doit être effectuée pendant au moins 30 minutes ou jusqu'à ce que la température atteigne 180 ° F (82 ° C). La cuisson à la vapeur peut se faire avec ou sans autocuiseur.

Si vous utilisez un autocuiseur, versez plusieurs tasses d'eau dans la cuisinière et placez des pots peu profonds de terre nivelée (pas plus de 4 pouces de profondeur) au-dessus de la grille. Couvrir chaque casserole de papier d'aluminium. Fermez le couvercle, mais en laissant la vanne de vapeur ouverte juste assez pour permettre à la vapeur de s'échapper, elle peut alors être fermée et chauffée à une pression de dix livres pendant 15 à 30 minutes.

Pour ceux qui n'utilisent pas d'autocuiseur, versez environ un pouce ou plus d'eau dans le récipient de stérilisation, en plaçant les pots remplis de terre (recouverts de papier d'aluminium) sur une grille au-dessus de l'eau. Fermez le couvercle et portez à ébullition, en le laissant juste assez ouvert pour éviter une montée en pression. Une fois la vapeur sortie, laissez bouillir pendant 30 minutes. Laisser le sol refroidir puis retirer (pour les deux méthodes). Continuez à repasser jusqu'à ce que vous soyez prêt à l'emploi.

Stérilisation du sol avec un four

Vous pouvez également utiliser le four pour stériliser le sol. Pour le four, mettez de la terre (environ 4 pouces de profondeur) dans un récipient allant au four, comme une casserole en verre ou en métal, recouvert de papier d'aluminium. Placez un thermomètre à viande (ou à bonbons) au centre et faites cuire à 180-200 F (82-93 C) pendant au moins 30 minutes, ou lorsque la température du sol atteint 180 F (82 C). Tout ce qui est plus élevé que cela peut produire des toxines. Retirer du four et laisser refroidir en laissant le papier d'aluminium en place jusqu'à ce qu'il soit prêt à l'emploi.

Stérilisation du sol avec un micro-ondes

Une autre option pour stériliser le sol consiste à utiliser le micro-ondes. Per il forno a microonde, riempire i contenitori puliti a microonde con terreno umido - la dimensione del quarto di litro con i coperchi è preferibile (senza pellicola). Aggiungere alcuni fori di ventilazione nel coperchio. Riscalda il terreno per circa 90 secondi per ogni paio di chili a piena potenza. Nota : le microonde più grandi possono generalmente ospitare diversi contenitori. Lasciare raffreddare, posizionare il nastro sopra i fori di ventilazione e lasciarlo pronto all'uso.

In alternativa, è possibile inserire due chili di terreno umido in un sacchetto di polipropilene. Mettilo nel microonde con la parte superiore sinistra aperta per la ventilazione. Riscaldare il terreno per 2 o 2 minuti e 1/2 a piena potenza (forno da 650 watt). Chiudere la borsa e lasciarla raffreddare prima di rimuoverla.


Video: Comment vous débarrasser des mousses, lichens et moisissures dans le jardin??